Les Francais sont des xénophobes, des antisémites, des racistes, des extrêmistes quand ça ne va pas: il n'y a qu'à voir notre passé le plus ancien comme le plus récent. J'entends déjà les cris de ceux qui disent "nimporte quoi!, n'exagérons rien! Arrêtes avec ton point Godwin". Et pourtant il faudra bien assumer l'esclavage, le droit de vote aux femmes tard après la fin de la IIe guerre mondiale (alors que bien d'autres pays l'avaient fait avant nous), la collaboration avec le régime nazi, nos exactions en Algérie. Là j'entends encore "oui, mais c'est la faute du gouvernement et gnagnagna".

Oui, c'est la faute aux Français, ces gamins pourris gatés qui ne mesurent pas l'ampleur de la chance qu'ils ont de vivre dans ce pays qui finalement, malgré la magouille des politiciens de tous bords, reste un acteur majeur dans le monde parce que l'Europe l'y a aidé. Des Français irresponsables: des Gaulois. Nous sommes réfractaires à tout ce qui bouge. La preuve est que lorsque ça ne va pas on fait la Révolution (ce qui était une bonne chose!), mais depuis nous n'avons toujours pas compris ce qu'est la démocratie ce qu'est s'asseoir à une table. Tiens, j'entends encore des extrêmistes de gauche dire que c'est à cause du sale capital ultra-libéral, ah, et l'extrêmiste de droite qui me parle du sale arabe qui mange le pain des Français, mais aucun d'entre eux ne se penchera sur sa propre responsabilité, toujours trop fier de rejeter sur l'autre la responsabilité qui lui incombe.

Non, c'est la voix de la France. Non, c'est voter l'extrême droite et l'extrême gauche qui se frottent les mains. Non, c'est l'immaturité politique des Français qui condamne un gouvernement condamnable sur une question Européenne qui n'a rien à voir avec les problèmes internes au pays. Non, c'est la France qui beugle. Non, c'est la France qui a PEUR. Non, c'est la France qui amène Le Pen au deuxième tour. Non, c'est la France qui amène les régions à gauche avec un gouvernement à droite pensant que ça ferait bouger le pays! (alors que finalement ça ne fait que compliquer les relations Etat/régions): cas particulier: ce vote contestataire n'est pas condamnable en soit, juste que le Francais se trompe de scrutin! Le Français tape et réfléchi ensuite. Le Français ne connait pas le fonctionnement des institutions. C'est trop compliqué. Oui, mais il ne prend pas la responsabilité de s'y intéresser non plus. C'est un Non partisan, un Non d'inconscients, d'oublieux qui ne réalisent aucunement que L'Union Européenne est un projet inédit, ambitieux. Le seul qui est amené la paix en liant les Etats de manière forte.

Alors on parle de libéralisme. Avec tout ce qu'on voit aux infos... et je suis le premier visé, en recherche d'emploi. Mais le Français ne se demande jamais comment ça serait SANS l'Europe depuis les années 50? Non, bien sûr que non, c'est trop compliqué à argumenter ça ou peut être meme bien que le Français n'a pas assez écouté à l'école, plus préocupé à défiler dans les rues ;o) Le Non c'est aussi ces pseudos démocrates pro-européens qui pensent renégocier un texte qui a été élaboré pendant des années pour convenir à 25 ET NOTAMMENT à la France. Le Non c'est la France qui ne comprends rien, non pas que le Français est bête, il est juste un peu peureux et pour se donner de la force et de l'importance il dit le Non du soulèvement, le Non du p'tit con qu'on gifle parce qu'il est malheureux et que pour vivre il ne sait pas dire autre chose que NON.

Le Non est tout simplment anti-européen dans l'âme puisque ce texte nous permettait de vivre à 25. Or, pour ceux qui pensent pouvoir renégocier quelquechose, je vous demande bien comment il comptent faire pour négocier aujourd'hui. Et puis, nous sommes toujours 25, alors nous allons continuer à 25 mais avec des traités prévus pour 15. La situation ne va donc pas s'améliorer et là encore vous direz c'est la faute de l'Europe. Eh oui, le Français n'est jamais responsable et surtout, surtout, il a toujours raison.

Il a raison de dire la France va mal. Il a raison de dire L'Europe à 25 c'est compliqué. Il a raison de dire les délocalisations c'est pas bien. Il a raison de dire les patrons, parfois ils partent avec trop de pognon. Il a raison d'exprimer ses craintes sur l'avenir. Mais le non vous apporte-t-il une solution? Non. On en reste où on en est. Pas de changements, statu quo pour l'Europe. Le Oui, lui au moins, avait la force de proposer quelquechose. Quelquechose pour la France, pour l'Europe. Le Non, non. Parce que le Non à Chirac ou à Raffarin, faudra attendre 2007. En attendant, le Français met en panne l'Europe à 25 en attendant de renégocier un texte sur lequel il n'y a rien a renégocier vu que le principal argument du Non est de punir le Gouvernement.

Je finirais par une citation de "marie" une lectrice du Shark: "C'est un non à une constitution libérale et anti-démocratique. Certainement pas un non à l'Europe. C'est la réappropriation du débat démocratique par le peuple français".

Une phrase toute faite qui apporte de grandes solutions aux problèmes évoqués. Un discours grandiloquent que l'on retrouve dans la bouche puante et putride des extrêmes. Ce mot "démocratie" que l'on souille dans les dictatures de droite comme de gauche, que l'on manipule pour mieux manipuler les foules. Répondons point par point:
- constitution libérale: "libérale", voilà tout est dit. Si libéral il y a alors c'est mauvais. Je ne crois même pas utile de m'exprimer la-dessus tellment le débat est usé jusqu'à la corde et stérile. - constitution anti-démocratique: qui prévoit que les 25 pays auront le choix de soumettre cette constitution au référendum ou au vote Parlementaire. Plus démocratique que ça, j'attends de voir.
- certainement pas un non à l'Europe: Ah non? L'Europe à 12/15 oui, mais l'Europe à 25 Non, trop de polskis, trop de bolchos, trop de pds de grèce, trop de sales bochs. Quand on s'estime "démocrate" on a au moins la sincérité de dire haut et fort: je ne veux pas de l'Europe et ne pas se cacher derrière ce camouflet.
-réappropriation du débat démocratique par le peuple Français": à choisir... qui aurait pu dire ça? Staline? Franco? Mao? Le monsieur au cigare? Le Pen? p'tet bien tous. Là est la force de la stupidité de ce genre de personnes qui se prétendent européennes mais qui ne peuvent s'empêcher de parler du peuple Français comme d'un étandard sanglant. Comprenne qui pourra l'étendu de ces derniers mots. Il tard et je préfére le lectorat qui réfléchi, celui qui lit à travers les mots pour découvrir un sens, plutôt que celui qui écoute benoîtement et s'empresse tout de go de répéter la belle phrase de son leader.